2017 02 artificialisation metropole 01 ONB  2017 02 artificialisation metropole 02 ONB

(cliquez sur chaque image pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre)

Une augmentation de la part des surfaces artificielles traduit directement une perte en milieux naturels ou agricoles. L'artificialisation des sols est une pression forte pour la biodiversité : elle provoque la destruction des habitats et des milieux naturels de la faune et de la flore. Elle est aussi souvent synonyme d'une fragmentation du territoire, dommageable pour la biodiversité.
Or, avec + 66 975 hectares par an en moyenne entre 2006 et 2014, les surfaces artificialisées sont en augmentation disproportionnée par rapport à l'évolution de la population en France métropolitaine.

 

Vous cherchez une info précise ?