Je suis quotidiennement les recherches qui se font sur le Covid-19 mais Noël approchant, avec sa ribambelle de craintes et contraintes dues au Covid-19, j'ai fait le point sur le fameux "les enfants ne sont pas contagieux".
Voici donc un article un peu particulier : au départ, je faisais un texte pour les membres de ma famille... mais, finalement, je partage (et complète) ici quelques infos sur le Covid-19 et les coronavirus en général.
Bonne lecture et bonnes Fêtes !

 
Pourquoi a-t-on dit que "les enfants ne sont pas contagieux" pour le Covid-19 ?

Ce fameux "les enfants ne sont pas contagieux" a été répandu d'abord au printemps : on connaissait peu ce virus qui venait de nous tomber dessus et, faute de tests, on confondait encore beaucoup "être sain" et "n'avoir pas de symptômes". Puis, récemment, il a resurgi dans les discussions, à peine mis en cause, suite à une dépêche de l'AFP de début novembre dont une partie a été reprise sans "prendre de gants" et en simplifiant de façon exagérée.

Voilà ce que l'on sait.

2020 12 14 hero 4665129 pixabayTout d'abord les enfants n'attrapent pas moins le Covid-19 (normal, ils ne sont pas hermétiques !).
Par contre, ils l'hébergent moins longtemps... parce qu'ils s'en défendent mieux.
Pourquoi ? L'hypothèse privilégiée à ce jour est qu'ils ont un système immunitaire plus neuf donc plus habitué à se défendre chaque jour contre de nouveaux virus de tous poils et, manifestement, aussi contre ce coronavirus. Mais l'effet s'estompe avec l'âge : à 3 ans et à 10 ans, ce n'est pas pareil du tout.

Conclusion ?
Statistiquement, sur la durée, les enfants sont un "moindre risque" (et ce, d'autant plus qu'ils sont jeunes) MAIS, à un temps T, tous sont potentiellement contagieux, au même titre qu'un adulte.

Pourquoi ont-ils moins de symptômes ?

Il est avéré que les enfants - à quelques exceptions près tout de même - développent moins de symptômes que les adultes quand ils sont contaminés.

2020 12 14 coronavirus 5105292 pixabayCela s'expliquerait vraisemblablement parce que le "système immunitaire neuf" des enfants a aussi une réaction différente, plus "soft", car il est habitué à rencontrer de nouveaux virus.
Et cela joue notamment au niveau de la cytokine impliquée dans la réaction du corps face au virus (les symptômes graves chez l'adulte font souvent suite à la "tempête de cytokine" qui se déclenche).

Quelles études ont été faites sur les enfants spécifiquement ?

La synthèse d'infos qui précède provient des résultats des recherches faites à ce jour et elle se base donc surtout sur des études au niveau biologique (qui commencent à être bien consolidées).

2020 12 14 graph 3033203 pixabayIl y a peu d'études statistiques sur la contagiosité des enfants car, étant asymptomatiques, c'est difficile de les repérer...
Les études sorties pour l'instant vont dans un sens ou dans l'autre car elles sont, du coup, biaisées (trop peu de cas pour une statistique fiable et/ou situations particulières et/ou en période de confinements sans scolarisation et/ou dans des pays où il y a peu d'enfants ou peu école...).

Une bonne nouvelle !

2020 12 14 mask duty 5124244 pixabayPorter le masque (à tous âges) est impératif, mais il aurait aussi un effet secondaire formidable : si on croise un malade, on inhale quand même peut-être des exemplaires de virus... mais, en nombre restreint. Ainsi, on s'expose quand même au virus, à "petite dose" et cela produirait donc un apprentissage du système immunitaire. Une chance supplémentaire que l'organisme ne déclenche pas ensuite la fameuse tempête de cytokine !

agir alert 309217 pixabay Attention, je n'écris pas d'aller voir exprès des personnes malades ou de vous exposer intentionnellement ! 

2020 12 14 forced vaccination 5291869 pixabayCet apprentissage à l'âge adulte expliquerait aussi que certaines personnes ne sont jamais tombées vraiment malades même dans un environnement manifestement infesté de Covid-19 : il est possible qu'elles avaient gardé trace d'avoir déjà rencontré d'autres coronavirus ou d'avoir croisé le Covid-19 à dose si faible que l'événement a juste servi à cet "apprentissage"...

C'est néanmoins là seulement l'une des explications possibles : on ne sait pas combien de temps dure l'immunité après avoir été malade puis guéri du Covid-19, on n'a pas d'estimation précise de la charge virale (la quantité d'exemplaires de virus initiale qui rend vraiment malade) et on ne connaît pas encore précisément l'influence des facteurs génétiques (la façon d'agir du Covid-19 est un processus particulier dans lequel certains paramètres dépendent des particularités génétiques de chacun).

Quoi ? J'ai déjà rencontré des coronavirus ??

Vraisemblablement ! Il y a des milliers de coronavirus différents, de souche initiale toujours spécifique à un animal particulier (les chauve-souris, certes, mais aussi oiseaux, lapins, chiens, chats, cochons, bovins,...).
Seuls 7 coronavirus (du genre "betacoronavirus") sont humains ou passés chez l'être humain dont 3 avec des formes graves et des pandémies : le SARS-CoV en 2002, le MERS-CoV en 2012... et le SARS-CoV-2 qu'on appelle Covid-19.

Paguma-larvata-masked-palm-civet-kaeng-krachan-national-parkLe Covid-19 est en fait un ensemble de souches humaines très similaires, toutes issues du betacoronavirus de la souche "chauve-souris" qui a transité par un deuxième animal hôte - la civette palmiste masquée et un autre, non identifié à ce jour - avant de nous arriver... Le brave pangolin - déjà menacé d'extinction - n'y est d'ailleurs vraisemblablement pour rien.

Mais cette épidémie nous force à réaliser qu'humains, animaux et respect de l'environnement sont liés. Les passages de virus entre espèces, dans les deux sens et humains inclus, risquent fort de se multiplier si on ne redonne pas aux animaux l'espace vital dont ils ont besoin, dans des écosystèmes "vivables". De plus en plus de scientifiques de tous horizons plaident pour ce "One Health" : la santé pour tous, y compris la Terre ! 

2020 12 14 pigs 4125935 pixabayPour finir : un fait aberrant

Les chercheurs et praticiens vétérinaires ont une grande expertise des coronavirus et grande habitude d'étudier et gérer les épidémies de coronavirus parmi toutes sortes d'animaux... mais ils sont totalement laissés de côté dans la gestion de la crise sanitaire.

 Soyez prudents et protégez-vous :

respectez une distanciation physique (2 mètres est idéal),
2020 12 14 sanitizers 5507635 pixabayutilisez des masques
et lavez-vous les mains !


 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Il faut sauver nos oiseaux !

    Il faut sauver nos oiseaux !

    Le titre dit tout : nos oiseaux disparaissent et il faut réagir ! Car la situation est grave, mais il est encore possible de mettre en place de mesures de préservation. Ce livre fait le tour des causes de la disparition des oiseaux en France (souvent liées aux activités humaines), souligne l'utilité de la présence d'oiseaux pour la nature, et détaille la situation pour quelques espèces dits "communes" comme l'hirondelle rustique, l'alouette des champs ou le tarier des prés, aujourd'hui particulièrement en danger... avec quelques espoirs pour l'avenir si nous agissons pour freiner leur raréfaction !
  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Mai 2019 a été globalement l'un des trois mois de mai les plus chauds depuis 1979, avec +1,2 °C par rapport à l'ère pré-industrielle. En mai 2019 : cyclone Fani, inondations et bourrasques de vent en Europe,... les intempéries anormales font partie des effets du réchauffement climatique(source Copernicus)
  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr