Des chercheurs ont étudié le climat qui était présent sur Terre il y a 55 millions d'années en étudiant des minéraux présents dans des sols très anciens.
Et même si le taux record de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère du Paléocène n'est pas encore égalé, nous nous en approchons.
Ce "vieux climat" pourrait donc donner une idée de ce que nous nous préparons comme climat dans quelques dizaines d'années : (très) chaud et (très) humide.

 
Etudier le passé pour savoir à quoi ressemblera l'avenir ?

Et bien oui ! Car le climat qui régnait il y a 55 à 57 millions d'années régnaitsous un taux record de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère... et on se dirige vers des valeurs assez comparables.

À cette lointaine époque, l'ère géologique du Paléocène s'achevait et faisait place à l'Éocène, dans une atmosphère inondée par le gaz à effet de serre qu'est le CO2 : sa concentration atteignait 1 400 à 4 000 ppm (parties par million). La surface de la Terre était un gigantesque hamam : chaud et humide ! Et, naturellement, sans aucune glace sur les pôles.

Cela pourrait bien préfigurer la façon dont notre climat peut évoluer : alors que les niveaux de CO2 atmosphérique étaient de 280 ppm avant l'ère industrielle, ils sont aujourd'hui de 412 ppm... et pourraient atteindre 1 000 ppm d'ici la fin du siècle du fait de l'activité humaine. Cette "ressemblance" à venir donne donc une vision intéressante sur la tendance de l'évolution de notre climat.

2020 11 07 graph co2

 
Un "vieux climat" trahi par les pierres

Des chercheurs de Suisse, des États-Unis et du Royaume-Uni ont étudié de minuscules minéraux de sidérite prélevés dans les sols dans de marécages fossiles, qui aujourd'hui ne se trouvent souvent qu'à plusieurs kilomètres sous la surface de la Terre. En utilisant la collection de sidérites de l'un des co-auteurs de l'étude, les chercheurs disposaient d'échantillons provenant de treize endroits différents de l'hémisphère nord, de l'équateur aux régions polaires. Or ces minéraux de sidérite se forment dans un sol très peu oxygéné (tel qu'on le rencontre sous une végétation dense, dans les marécages qui étaient abondants le long des côtes chaudes et humides au Paléocène et à l'Éocène) et donnent des informations sur les tempature et humidité ambiantes.

Leur étude, publiée dans la revue Nature Geoscience, montre qu'il y a 55 millions d'années, à l'équateur (là où se trouve aujourd'hui la Colombie), la température annuelle moyenne de l'air était d'environ 41 °C et en Sibérie arctique, il faisait une moyenne de 23 °C en été.

Mais la sidérite trahit aussi le taux d'humidité... et elle était bien plus élevée au Paléocène et à l'Éocène qu'aujourd'hui, avec une circonstance agravante : la vapeur d'eau restait plus longtemps dans l'air car l'humidité augmentait plus vite que l'évaporation et les précipitations.

Bref : un sauna !

2020 11 07 nature 3238991 pixabay


Sources :

weblink Publication Spatial pattern of super-​greenhouse warmth controlled by elevated specific humidity de Van Dijk J, Alvarez F, Bernasconi SM, et al. Nature Geoscience. 26/10/2020.

 

Vous cherchez une info précise ?

Les derniers livres chroniqués

  • Comprendre les plantes et les arbres

    Comprendre les plantes et les arbres

    Vous êtes vous déjà demandé comment fonctionnent les plantes et les arbres ? Vous devriez, c'est fascinant ! Et c'est justement ce que propose de découvrir ce très beau livre, richement illustré de photos et de croquis, sous forme d'un voyage "à l'intérieur des plantes".En faisant le tour de leurs différentes parties (feuilles, troncs, racines, graines, fruits,...) et de leur "co-habitation" avec l'Homme, l'univers de diversité que vous découvrirez vous passionnera d'autant plus en sachant que les plantes qui nous entourent aujourd'hui descendent toutes de simples algues apparues il y a plus de 500 millions d'années.
  • À la découverte des plantes sauvages utiles

    À la découverte des plantes sauvages utiles

    Connaître les plantes sauvages de nos régions peut se révéler très utile : nombre d'entre elles sont aromatiques, médicinales, tinctoriales, dépolluantes, insecticides... ou toxiques ! Ce livre, richement illustré de photos, permet de mieux comprendre les différentes espèces de plantes sauvages de nos régions et d'en reconnaître plus d'une centaine. Il comporte pour chacune une présentation concise et claire (et un "pour éviter les confusions" bien utile pour certaines !) ainsi que ses principales propriétés et usages possibles (alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, écologiques,...).

Les dernières vidéos

  • Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Réchauffement climatique : mai 2019 affiche +1,2°C

    Mai 2019 a été globalement l'un des trois mois de mai les plus chauds depuis 1979, avec +1,2 °C par rapport à l'ère pré-industrielle. En mai 2019 : cyclone Fani, inondations et bourrasques de vent en Europe,... les intempéries anormales font partie des effets du réchauffement climatique(source Copernicus)
  • Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff en 1979

    Réchauffement climatique : l'alerte d'Haroun Tazieff sur les risques du réchauffement climatique, en 1979 dans "les dossiers de l'écran" (archive INA).
« Prix Nobel » Climat : William Nordhaus est-il bien sérieux ?

William Nordhaus - l’un des deux lauréats 2018 du prix de la Banque de Suède en économie en association avec Paul Romer, théoricien de la croissance endogène - est récompensé principalement pour avoir conçu des modèles économiques qui intègrent le changement climatique, comme le modèle DICE (Dynamic Integrated Climate-Economy - modèle dynamique intégré de l’économie et du climat) et sa version régionalisée RICE. Mais sa "solution optimale" conduit à un réchauffement de 3,5°C en 2100 ! Quand on est économiste, on peut donc proposer sans rire un réchauffement de 3,5°C et être récompensé pour des travaux qui affirment qu'il s'agit là d'une situation optimale...

logo alternatives economiques à lire sur www.alternatives-economiques.fr