2013 05 etiquette pesticideDes dizaines de produits phytosanitaires agricoles ou domestiques restent autorisés par la Direction générale de l'alimentation (DGAL), sous tutelle du ministère de l'agriculture, sans tenir compte des alertes de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

En menaçant de déposer plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" fin avril 2013, l'association Générations Futures a obtenu qu'un audit soit lancé.
Car la DGAL, dirigée par Patrick Dehaumont, semble effectivement très lente à modifier ses autorisations de mise sur le marché des insecticides, herbicides ou autres fongicides...
Le ministre de l'agriculture teste donc le fonctionnement de ses dispositifs, fort bien : c'était même le minimum minimorum au vu des "lenteurs", mais à quand une prise de décision plus réactive et transparente ?

Le lithium est de plus en plus répandu dans les piles et batteries alimentant appareils électroniques et véhicules électriques.
Cette demande en hausse constante amplifie le cortège de nuisances environnementales et humaines autour des zones d'extraction. Et d'autant plus que le taux européen de recyclage du lithium est très faible.
Dans sa quête de "solutions propres", l'Union européenne a-t-elle raison de se rendre de plus en plus dépendante de ce métal pas si "vert" que ça ?

2013 01 label bio UELa Commission européenne fait une enquête en ligne sur l’agriculture biologique (qui représente 5 % des cultures dans l'Union européenne à ce jour), suite à un rapport sur la législation remis à la Commission en mai 2012. Les résultats de cette consultation - prévus pour la fin 2013 - devraient servir à orienter les décisions pour actualiser la réglementation.
Chacun - citoyen, entreprise, collectivité - est invité à répondre en ligne avant le 10 avril 2013 à ce questionnaire (qui répond au doux nom de "Réexamen de la législation et du plan d'action de l'UE en matière d'agriculture biologique") sur les labels, les prix, les pesticides, les OGM, le bien-être animal, l'orientation des fonds destinés aux recherches agronomiques, ...

2012 12 MM lisaLe conseil municipal de Los Angeles (USA) a récemment adopté, à l’unanimité, le lancement d'une campagne meatless monday pour encourager les habitants de la ville à réduire leur consommation de viande, en la supprimant de leur menu un jour par semaine.

Appuyée sur des outils de communication et la participation de restaurants, cette initiative est l'une des nombreuses démarches du mouvement international "lundis sans viande".

Où ? Pourquoi ? Comment ? Voici un petit tour d'horizon de ce mouvement qui veut faire réfléchir sur les impacts de l'alimentation sur l'Homme et son environnement... et compte de plus en plus de participants - individuels, restaurants et collectivités - également en France !

Centrale électrique géothermique de Nesjavellir, à Þingvellir, en Islande.

L’association française des professionnels de la géothermie (AFPG) a élaboré un rapport concernant le marché de la géothermie en France en 2011.
Ce premier bilan dresse l’état de cette filière verte, son utilisation par les particuliers et les collectivités et ses évolutions attendues dans les prochaines années.

Photo : Centrale électrique géothermique de Nesjavellir,
à Þingvellir, en Islande.

2012 11 livre SER ENR

Dans son Livre Blanc (janvier 2012),
le Syndicat des Energies Renouvelables (SER)
met en avant les avantages des énergies renouvelables (EnR) et des chiffres.

2012 11 gulli 349496 pixabay1,36 million de mètres carrés de toitures végétales ont été réalisés en France en 2011.
Elles représentent 4% des 25 millions de mètres carrés de toiture dans l'hexagone.
Le marché de la toiture végétale représente désormais en France quelques 35 millions d'euros de chiffre d'affaires, notamment dans les marchés publics.

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr