Cela n'était pas arrivé depuis longtemps : une nouvelle race de grand singe a été recensée, l'orang-outan Tapanuli, une espèce différente des orangs-outans de Bornéo et des orangs-outans de Sumatra connus jusqu'à présent.

800 Tapanuli vivent au nord-ouest de l'île de Sumatra et sont - eux aussi - menacés par le braconnage et la diminution de la surface de la forêt où ils vivent.


 

Ces grands singes (Pongo Tapanuli) sont donc la huitième espèce d'Hominidés dont fait partie l'être humain, les bonobos (Pan paniscus), les gorilles (Gorilla gorilla et Gorilla beringei), les chimpanzés (Pan troglodytes), les orangs-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) et les orangs-outans de Sumatra (Pongo abelii).

Si les Tapanuli n'ont été identifiés que récemment, c'est que - contrairement aux autres orangs-outans qui vivent dans des zones marécageuses plutôt accessibles - eux vivent dans des forêts montagneuses dont l'accès n'est pas très facile, près du lac Toba, dans la forêt de Batang Toru.

2017 11 25 new orangutan carte1 2017 11 25 new orangutan carte2

 

Ils se reconnaissent des autres orangs-outans (nom qui veut dire "homme de la forêt" en langue locale) par leur poil crépu, des femelles barbues et des mâles dominants moustachus. Mais, ils ont surtout des gènes très distincts de tous les autres, ce qui fait d'eux une espèce à part entière.

Le nombre de Tapanuli, estimé à 800 individus, est faible et leur survie menacée par le braconnage et la disparition progressive de la forêt où ils habitent (entre 1985 et 2007, la surface de la forêt de Sumatra a été réduite de 60%).

Le fait qu'ils soient identifiés comme une espèce à part entière n'est pas un détail : ils pourront ainsi ainsi être protégés, en tant qu'espèce menacée !

 

Source :
Publication "Morphometric, Behavioral, and Genomic Evidence for a New Orangutan Species" - Alexander Nater & al. - Current Biology, 27 - 22, November 2017
DOI: 10.1016/j.cub.2017.11.020

Vidéo : www.cell.com/cms/attachment/2115898936/2084875547/mmc3.mp4

Current Biology 27-22 (accès payant) 

 

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?

Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne.

logo sciences critiques à lire sur sciences-critiques.fr